Flint

Flint Production

Les bonnes sources d’information pour comprendre le rachat de Twitter par Elon Musk

Les bonnes sources d’information pour comprendre le rachat de Twitter par Elon Musk

Qu’on le déteste ou qu’on l’admire (ou les deux), Elon Musk n’en finit pas d’alimenter les débats. Son rachat de Twitter (le 28 octobre dernier) a provoqué une levée de boucliers dans les médias : des conflits d’intérêt du propriétaire de Tesla et de Space X à la crainte de voir Twitter envahi par les trolls et par l’extrême droite, rares sont les voix pour soutenir le milliardaire. Mais derrière ces débats, quels sont les enjeux de ce rachat ? Que cherche vraiment Elon Musk ? Voici une sélection réalisée à l’aide de l’Intelligence artificielle de Flint pour vous aider à vous faire votre propre opinion. Et à aller plus loin que la polémique.

L’algorithme de Flint permet d’aller chercher des informations de qualité en analysant le comportement de plusieurs milliers d’experts sur les contenus d’information. Nous avons donc analysé les contenus les plus recommandés par Flint, notamment par nos panels d’experts identifiés sur la technologie, les sciences politiques, la finance et l’économie. Voici une liste de liens pouvant vous aider à gagner du temps sur votre recherche d’informations sur le sujet, sans vous enfermer dans les biais partisans. Parce que même si vous pensez avoir raison, lire autre chose vous aidera quand même à mieux avoir raison !

👻 Ceux qui annoncent le chaos

🇬🇧 A lire sur le magazine américain Wired, spécialisé dans la tech.

Les experts en modération en ligne – dont certains font partie du conseil consultatif de sécurité en ligne de Twitter – craignent que Musk n’inaugure une nouvelle ère de trolling sur la plateforme. « Un Twitter détenu par Musk pourrait être désastreux pour les femmes et les communautés marginalisées qui sont déjà confrontées à des abus et à du harcèlement ciblé sur la plateforme.

🇬🇧 « Bienvenue en Enfer, Elon ! » A lire sur le média en ligne The Verge, spécialisé dans la Tech.

Les problèmes de Twitter ne sont pas des problèmes d’ingénierie. Ce sont des problèmes politiques. L’entreprise Twitter produit très peu de technologies intéressantes ; la pile technologique n’est pas l’atout précieux. L’atout, c’est la base d’utilisateurs : des politiciens, des journalistes, des célébrités et d’autres personnes qui devraient être mieux informées mais qui continuent à poster. Comme toi ! Toi, Elon Musk, tu es accro à Twitter. Tu es l’actif. Tu viens de t’acheter pour 44 milliards de dollars. Le problème, lorsque l’actif est constitué de personnes, c’est que les gens sont extrêmement compliqués et que tenter de réglementer leur comportement est historiquement une expérience misérable, surtout lorsque cette autorité est dévolue à un seul individu puissant.

🧐 Ceux qui s’inquiètent des conflits d’intérêt

Entre les intérêts de Tesla et de Space X, les prises de position géopolitiques et la puissance de Twitter, le quotidien français Le Monde imagine le pire :

Les foucades géopolitiques et les conflits d’intérêts d’Elon Musk – il a proposé de rattacher Taïwan à la Chine, pays où Tesla possède une usine – inquiètent jusqu’aux autorités américaines. De même que la présence d’investisseurs étrangers dans son offre de rachat de Twitter. Les projets du milliardaire pour le réseau social à l’oiseau bleu où il a 110 millions d’abonnés, et dont il veut affaiblir les procédures de modération pour mieux « libérer » l’expression, embarassent. Entre les conceptions libertariennes – libertés individuelles maximales, Etat minimum – d’Elon Musk et les responsabilités internationales que lui donne de facto sa réussite, lui permettant de court-circuiter la diplomatie américaine, le clash est inévitable.

La nouvelle revue géopolitique Grand Continent tire un portrait glaçant du génie de la tech :

S’il fallait trouver une image pour résumer le personnage, on pourrait penser à une version plus joviale du Joker de Batman. Joker Musk joue avec les autorités, les défie, les déstabilise, s’en moque ouvertement. Ses obligations vis-à-vis du gendarme de Wall Street, par exemple, n’ont jamais été respectées. Musk, à l’évidence, teste la résistance du système et s’en amuse. Il porte une vision articulée du monde mais surtout du rôle des institutions qu’il méprise. Bien plus que n’importe quel autre patron de la Silicon Valley, il symbolise l’avènement de ces nouvelles formes de pouvoir entre BigTech et États, en somme une nouvelle clé de répartition des pouvoirs entre ces deux mondes. Le système Musk s’articule autour du triptyque des 3T : Trolling économique, Technologie totale, Techno-politique.

Un Twitter de gauche et un Twitter de droite ? Lire l’article (critique) du site tech Numérama.

Pour rassurer celles et ceux qui pensent qu’il dispose des pleins pouvoirs (ce qu’il a en réalité, puisque Twitter est son entreprise privée), le patron de Tesla et de SpaceX a annoncé la création d’un « conseil de la modération de contenus avec des points de vue très variés ». Ce conseil sera en charge des décisions importantes, comme celles sur la réactivation des comptes suspendus (Donald Trump au hasard) et décidera de ce que l’on a droit de dire et de ne pas dire sur Twitter.  (…) Elon Musk a proposé d’aller plus loin en laissant aux utilisateurs la possibilité de choisir le Twitter qu’ils souhaitent voir, à l’image de l’interdiction de certains films pour les plus jeunes. Il aimerait laisser aux utilisateurs la possibilité de déclarer leurs opinions, avec un filtre pour que tout le monde ne les voie pas (et un système de vote pourrait permettre de signaler un tweet comme trop de droite, pour le cacher des gens qui n’en veulent pas). Une telle décision renforcerait le phénomène de bulles sociales, mais ce n’est pas un point que semble prendre en compte Elon Musk.

🤗 Ceux qui y voient une chance

Le prospectiviste, fondateur de TedX Paris, Michel Levy-Provençal pense qu’Elon Musk peut aider à régler les problèmes systémiques de Twitter comme les bots ou l’anonymat.

En transformant Twitter en une plateforme plus transparente et plus ouverte, Musk pourrait donner aux utilisateurs plus de contrôle sur leur expérience sur la plateforme. Il pourrait leur permettre de choisir leurs propres algorithmes et d’évaluer différentes approches de modération. Il offrirait des filtres multiples d’exposition des contenus et permettre aux utilisateurs de changer d’algorithme en fonction de leurs préférences. Twitter deviendrait en ce sens une métaplateforme. Les utilisateurs décideraient non seulement des comptes qu’ils souhaiteraient suivre mais également de la mécanique de sélection des contenus auxquels ils seraient exposés.

🇬🇧 Cédric Teissier, investisseur dans les cryptomonnaies y voit la création d’un réseau social du futur, répondant aux règles du Web3.

Pour faire de Twitter un site de médias sociaux véritablement gratuit, Elon a proposé de s’affranchir des recettes publicitaires, car les entreprises qui font de la publicité sur la plate-forme ont une influence directe sur la politique de Twitter. Il a proposé un abonnement mensuel de 2 dollars, payable annuellement, avec la possibilité de payer en dogecoin (LOL). En juin 2022, alors qu’il s’exprimait lors d’une réunion pratique pour Twitter, Elon a déclaré que l’argent était fondamentalement numérique à ce moment-là, et ce depuis un certain temps. Il a fait valoir que l’intégration des paiements dans Twitter pour permettre l’envoi et la réception de valeur ferait une différence significative. Sur ce point, je suis entièrement d’accord.
Les plateformes Web3 sont largement vantées pour leur possibilité d’impliquer la communauté ou les parties prenantes dans la prise de décision. Bien qu’il ne soit pas certain qu’Elon permette aux utilisateurs de Twitter de voter sur les changements proposés, il a manifestement utilisé les sondages Twitter pour obtenir les avis de la communauté sur certaines de ses idées récentes.

🇬🇧Que veut Elon Musk ? Son modèle c’est la plateforme chinoise WeChat (détenue par Tencent). Une plateforme pour « tout faire », qui allie réseau social, messagerie et moyen de paiement. A quoi ressemble ce modèle ? Le blogueur LiangLao le décrit sur sa page Medium :

WeChat fournit des services diversifiés et son modèle économique est complexe. Comme WeChat sert différentes parties (à la fois des utilisateurs individuels et des fournisseurs de services), son modèle économique est un modèle multilatéral.

Fremium pour les particuliers (gratuit avec modèle payant) et partenariat avec les entreprises :

Tencent étend également son service au commerce électronique : Wechat Payments (uniquement disponible en Chine) et les services O2O. Il permet aux utilisateurs de lier leur compte bancaire à Wechat, faisant de leur téléphone portable un porte-monnaie. Lors de l’achat d’articles, il leur suffit de scanner le code QR de l’article en magasin ou de cliquer sur l’article sur Wechat si la marque a un compte officiel sur Wechat, puis de saisir le mot de passe, et la transaction est terminée. Ce faisant, Wechat a relié les entreprises hors ligne à la plateforme en ligne, de sorte que les détaillants bénéficient d’une plus grande visibilité.

WeChat a cependant été pointé du doigt pour son exploitation des données personnelles (lire cet article de la fondation Mozilla, datant de 2021)

💰Sur son projet de faire payer les comptes certifiés

🇬🇧 Pierre Laromiguière, expert pub et média y voit une chance pour les créateurs.

Elon Musk veut faire payer 8 dollars par mois aux comptes vérifiés pour leurs chèques bleus 💰💰💰💰. Apparemment, de nombreuses personnalités s’y opposent justifiant qu’ils doivent être payés et non l’inverse. C’est normal. Mais Jason Calacanis a lancé un sondage sur #twitter et a obtenu 2 millions de réponses (y compris Elon lui-même) en 24h+. 17% sont prêts à payer au moins 5$ par mois ! (…)

J’étais personnellement très réticent.
Mais après avoir lu les tweets d’Elon sur le sujet, je vais définitivement m’abonner.Pour soutenir les créateurs (les comptes Twitter que je suis étant ma principale source d’accès aux informations). Pour, avec un peu de chance, contourner les paywalls (et je m’y connais un peu 😅). Même si je ne tweete pas beaucoup, je veux être prioritaire lorsque j’en aurai besoin.

Le site Numérama y voit un transhumanisme déguisé.

L’idéal, dans cette approche, est un libre marché total, sans la moindre entrave (même étatique). Aux États-Unis, le libertarianisme est majoritairement capitaliste — accumulation individuelle et droit de propriété comme définitions d’une liberté réelle. Ce transhumanisme-là est donc celui d’une liberté individualiste, capitaliste, d’augmentation de sa condition corporelle et sociale, dans un libre marché compétitif. Pour Elon Musk et les autres idéologues du mouvement, les technosciences sont un moyen d’accomplir cette perception du monde. Son tweet affirmant que le « pouvoir au peuple » s’acquière financièrement n’est donc pas une provocation, ni une blague, ni une erreur de communication : il s’agit tout bonnement de son idéal politique.

👀 Ceux qui regardent déjà ailleurs

🇬🇧 Pendant ce temps, le fondateur de Twitter Jack Dorsey lance son réseau social décentralisé, Bluesky, concurrent de Twitter, s’inspirant des principes du Web3. A lire sur le compte Medium de Julien Saurel, entrepreneur du Web3 et développeur.

Jack Dorsey travaille depuis 3 ans à la construction de ce qu’il appelle le « protocole de transfert authentifié » ou protocole AT. Ce dernier est destiné à offrir à ses utilisateurs la portabilité de leurs comptes, mais aussi le choix des algorithmes qu’ils souhaitent utiliser et l’interopérabilité entre les différents réseaux sociaux. Car au cœur de tout cela se trouve un nouveau type de gestion des données privées.

D’autres s’intéressent à nouveau au réseau social open source Mastodon. Explications sur le site de la RTBF (la radio-télé publique belge).

Créée en 2016, cette plateforme de communication représente une alternative « open source« , ce qui est un atout non négligeable pour beaucoup d’internautes, qui se libèrent ainsi des algorithmes occultes de Twitter, de la publicité et de la vente de leurs données. (…) Mastodon revendique aujourd’hui plus de 3 millions de comptes utilisateurs dans le monde. Un chiffre qui donne le vertige mais qui est sans comparaison avec les 300 millions d’utilisateurs du réseau à l’oiseau bleu.

👉 Pour proposer d’autres sources, rejoignez la communauté Flint sur Discord (déjà 1000 membres !).

(Illustration réalisée avec l’intelligence artificielle de Midjourney)

As you know, Flint is free. How do we finance ourselves?
By offering a great service for companies: creating intelligent newsletters in a few minutes, automatically filled with quality content, to make employees or their community aware of the real trends that matter.
To request a 30-day free trial, you can go here! Recommendation is our main source of income.
Thank you thank you!



To read also...

La société NetDragon a-t-elle vraiment embauché une intelligence artificielle comme CEO ?

La société NetDragon a-t-elle vraiment embauché une intelligence artificielle comme CEO ?

By

 

Benoit Raphaël

Les bonnes sources d’information pour comprendre la situation en Chine

Les bonnes sources d’information pour comprendre la situation en Chine

By

 

Benoit Raphaël

Les bonnes sources d’info pour débattre du lancer de soupe à la tomate contre un tableau de Van Gogh

Les bonnes sources d’info pour débattre du lancer de soupe à la tomate contre un tableau de Van Gogh

By

 

Benoit Raphaël

See more articles
Flint