Flint

Flint Production

5 infos pour réfléchir au rôle des images dans l’information

5 infos pour réfléchir au rôle des images dans l’information

Dans sa mission pour t’aider à découvrir de nouvelles sources d’informations et de nouvelles voix, Flint a décidé de te proposer une sélection de documents, livres, documentaires, podcasts testés et approuvés par l’équipe pour l’éclairage précis qu’ils apportent sur des thématiques qui traversent l’actualité. Comme d’habitude, si tu veux nous en proposer d’autres ou nous pousser à travailler sur un sujet, rejoins-nous sur Discord ou commente notre brouillon.
Légende : 📚 Livres, guides 📻 émission de radio, podcast 📰 articles de presse, 🎥vidéo, documentaires, 🔬production scientifique, 📲 quand ça se lit sur les réseaux sociaux et un sigle € quand c’est payant.

1️⃣ “Le poids des mots, le choc des photos”. C’est par ce slogan célèbre que Paris Match a lancé une de ses campagnes publicitaires à la fin des années 1970. À l’époque, le magazine perdait du terrain 📰 raconte Stratégies : au jeu de celui qui proposerait les images les plus fortes, le magazine était menacé par la montée en puissance de la télévision. Mais pourquoi ça fonctionne si bien, les images, les vidéos ? Plusieurs études, rassemblées dans 🔬cet article de la professeure de psychologie Hélène Joffe démontrent qu’une image a un pouvoir bien plus persuasif que des mots : elle a une charge émotive plus transmissible (rappelle toi l’outil argumentatif de l’appel à l’émotion), elle s’imprègne plus vite dans notre cerveau, elle est plus simple à mémoriser et est souvent perçue comme une garantie d’authenticité (parfois à tort). L’Histoire et l’actualité donnent des tas d’exemples de ces phénomènes : la photo de la 📻 petite fille brûlée au napalm par les américains lors de guerre du Vietnam est désormais mondialement connue, 📰 celle du petit Aidan a fait effet d’électrochoc lors de la crise des réfugiés syriens… Dans l’actualité brûlante, la photo de 📰 la jeune femme enceinte évacuée au milieu des décombres de Marioupol a eu quelque chose de plus choquant que les textes, un effet quasiment viscéral dans la représentation de l’horreur en cours en Ukraine.

2️⃣ Depuis l’avènement de la télévision, notre paysage informationnel et culturel s’est encore élargi, avec l’apparition du web puis des réseaux sociaux. Impossible de manquer le rôle central des images sur Instagram, Snapchat ou TikTok. Or ces plateformes sont quasiment indispensables aux médias, y compris si ceux-ci ont un ADN fondamentalement écrit (c’est ce qu’explique la responsable des réseaux sociaux du Guardian à 📰 la Revue des Médias). En effet, c’est sur ces réseaux que le public se trouve, et l’image répond aux enjeux d’immédiateté : pour l’internaute, il s’agit de savoir et de comprendre en un clin d’œil. Dans sa tribune pour 📰 Le Monde, Antoine Verdet, directeur marketing de la plateforme de photos Meero, explique que le rôle de l’image “n’est plus simplement d’informer, mais d’immerger son lecteur dans une expérience”. 

3️⃣ Problème : à ce compte là, il suffirait presque de plaquer une image choc sur un texte qui n’a rien à voir pour faire réagir l’auditoire. Ça n’a rien de spécifique à l’ère numérique, mais ce type de manipulation a effectivement pris une nouvelle ampleur avec les réseaux sociaux et joue un rôle non négligeable dans le phénomène des fausses informations. Le site 📰 factuel de l’Agence France-Presse regorge d’exemples, mais si tu préfères les vidéos, regarde 🎥 cette chronique de France Télévisions : elle démontre comment, en sortant une image de son contexte, on peut lui faire dire à peu près n’importe quoi. Avec les technologies les plus récentes, raconte 📰 La Revue des Médias, les deepfakes, qui permettent de truquer très efficacement des vidéos, inquiètent aussi. 

4️⃣ Mais ne tombons pas dans l’excès, les images ont aussi une vraie valeur informative et illustrative. Les vidéo- ou photo-reportages permettent d’”emmener” l’auditoire sur le terrain. Pour la communauté de la recherche en source ouverte, que Sophie Gindensperger 📰 te présentait il y a quelques jours, les images servent aussi à enquêter, trouver, recouper de l’information. Enfin, soulignons la grande utilité de la data-visualisation  : une bonne représentation graphique rend quelquefois beaucoup plus simple l’explication de sujets parfois très complexes. Pour en voir des exemples, je te recommande les travaux (et les super threads Twitter) de 📲 Clara Dealberto et Jules Grandin

Cette question des visualisations d’information permet aussi d’illustrer un point important : même sans volonté de manipuler, les images véhiculent des préjugés ou des idées sous-jacentes, ce que l’on illustrait déjà dans 📰 cet article. Cette problématique n’est pas spécifique aux représentations visuelles, elle est même présente chaque fois qu’il y a choix et hiérarchisation de l’information. Mais ce 📲 thread du cartographe Levi Westerveld sur l’évolution du traitement du conflit en Ukraine par le New-York Times montre bien ce que des présupposés peuvent faire à l’info – au départ, le journal illustrait l’avancée Russe avec de grosses flèches rouges, ce qui laissait imaginer une toute puissance de Poutine face à une Ukraine sans défense. Au fil des jours, la représentation graphique a été affinée, les mouvements des troupes plus détaillés, la défense ukrainienne mieux représentée… autant d’éléments qui permettent de comprendre que la réalité du terrain est bien plus complexe que la vision un peu caricaturale des débuts. 

5️⃣ La question du rôle des images est fascinante car elle plonge plus loin que dans notre seule consommation d’information, pour aller se loger jusque dans les recoins de nos représentations culturelles. Quelles images, quelles idées nous renvoient films, séries, jeux-vidéo, photographies sur le monde ? S’il est loin d’être le seul, le féminisme a largement exploré ces questions pour mieux comprendre les effets des images sur la représentation qu’a la société des femmes et des hommes. Dans 📚 Beauté Fatale, l’essayiste Mona Chollet montre par exemple le rôle de la publicité, du cinéma et des médias dans la perpétuation d’une vision étriquée de ce que sont et ce que peuvent les femmes. Vous préférez le choc des images au poids des essais ? Penchez-vous sur la récente 🎥 campagne de l’association Women in Games : pour faire prendre conscience de la perpétuation de clichés appliqués aux personnages féminins de jeux-vidéo, les membres de l’association les ont échangées avec des figures masculines. Effet visuel garanti !

Pour aller plus loin 

  • Je te recommande le 🔬 carnet de recherches de l’historien des cultures visuelles et enseignant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) André Gunthert, qui décortique fréquemment les significations d’images fortes de l’actualité.
  • Tu peux aussi lire le 🔬 travail de thèse de Bénédicte Langlois, sur la Culture de l’information, la culture de l’image et celle par l’image dans l’enseignement secondaire.
  • Ou encore “Manipuler l’image de presse ?”, des chercheuses en sciences de l’information et de la communication Alexie Geers et Audrey Leblanc. 

As you know, Flint is free. How do we finance ourselves?
By offering a great service for companies: creating intelligent newsletters in a few minutes, automatically filled with quality content, to make employees or their community aware of the real trends that matter.
To request a 30-day free trial, you can go here! Recommendation is our main source of income.
Thank you thank you!



To read also...

Rachat de Twitter par Musk : pour ou contre ?

Rachat de Twitter par Musk : pour ou contre ?

By

 

Tanguy Oudoire

L’intelligence artificielle peut-elle créer une poésie d’un genre nouveau ?

L’intelligence artificielle peut-elle créer une poésie d’un genre nouveau ?

By

 

Thierry Poibeau

Les pièges du cerveau : le biais d’ancrage

Les pièges du cerveau : le biais d’ancrage

By

 

Tanguy Oudoire

See more articles
Flint